3 bonnes raisons de contrôler les temps d’arrêts moteur tournant de vos véhicules

Les temps d’arrêts moteur tournant correspondent au temps qu’un véhicule passe à l’arrêt avec le moteur allumé. Pourquoi faut-il les identifier ? L’activité arrêt moteur tournant par véhicule ou par conducteur est-elle une donnée essentielle pour l’optimisation de votre flotte ?


1. Laisser tourner le moteur est une infraction


Oui, laisser tourner le moteur de son véhicule stationné sur un parking pour profiter de la clim, régler son GPS, recharger son téléphone ou passer un coup de fil est interdit.


En Belgique, le Code de la route stipule dans un arrêté royal que les conducteurs doivent veiller à ne pas laisser le moteur en marche au point mort sauf en cas de nécessité, sous peine d’une contravention. Et depuis le 1er mars 2019, l’étau se resserre, la Wallonie durcie sa législation : laisser tourner le moteur à l’arrêt devient une infraction environnementale passible d’une amende de 130€.

En France, cette infraction existe aussi depuis plus de 50 ans, elle est également sanctionnée d’une amende forfaitaire de 135€. L’arrêté du 12 novembre 1963 stipule en effet que les véhicules en stationnement doivent avoir leur moteur arrêté, sauf en cas de nécessité, notamment lors des mises en route à froid.

2. Couper le moteur à l’arrêt réduit l’impact environnemental


Ce n’est pas pour rien que ces infractions existent. L’éco-conduite et le respect de l’environnement constituent un véritable enjeu pour les conducteurs et les gestionnaires de flotte.


Contrairement aux idées reçues, laisser le moteur tourner à l’arrêt plus de 10 secondes émet plus de CO2 que de l’arrêter et le redémarrer. À savoir que le CO2 est l’un des principaux gaz à effet de serre responsable du réchauffement climatique.


La consommation moyenne de carburant d’un véhicule à l’arrêt est estimée à 0,8L de carburant par heure, soit près de 2 kg de CO2 rejetés* dans l’atmosphère. Nous pouvons facilement imaginer l’impact d’un poids lourd ou d’un autocar à l’arrêt moteur allumé sur l’environnement.


3. Les temps d’arrêt moteur coûtent cher

Polluer, c’est aussi gaspiller. La consommation de carburant va de pair avec le budget d’une flotte de véhicules. Inciter les chauffeurs à couper le moteur lorsqu’ils sont à l’arrêt revient à faire des économies.


Comment faire ? Comment sensibiliser ses équipes à cette pratique ?

Pour convaincre les conducteurs de limiter les temps d’arrêt moteur tournant, une formation à l’éco-conduite ou une campagne de sensibilisation peut s’avérer utile. Dans le cas contraire, une solution de géolocalisation qui identifie et analyse l’activité arrêt moteur tournant de votre flotte peut rapidement faire évoluer le comportement de vos équipes et réduire les coûts liés à la consommation de carburant.

Alertes personnalisées, rapports détaillés… Autant de possibilités qui s’offrent à vous pour contrôler les temps d’arrêt moteur tournant de vos conducteurs et de vos véhicules.

Pour en savoir plus, demandez une démo gratuite !


Ainsi, faire tourner le moteur de son véhicule à l’arrêt est un comportement de conduite interdit, dangereux pour l’environnement et très coûteux. D’un point de vue professionnel, il est indispensable d’identifier et contrôler ce comportement trop répandu pour renforcer les performances de sa flotte automobile quelle que soit sa taille.


* Source : https://www.rncan.gc.ca/sites/www.nrcan.gc.ca/files/oee/pdf/transportation/fuel-efficient-technologies/autosmart_factsheet_6_f.pdf

CONTACTEZ-NOUS

REJOIGNEZ NOTRE COMMUNAUTÉ

RESTEZ CONNECTÉS

Elements85-2.png

© bump 2018, tous droits réservés