2019, une année riche pour les gestionnaires de flotte en France

Mis à jour : sept. 8


Qui dit nouvelle année, dit nouveaux challenges pour les gestionnaires de flotte en quête d’optimisation. Si l’année 2018 nous a apporté son lot de challenges, 2019 n’est pas en reste. Entre opportunités et nouvelles contraintes, découvrez les principaux changements qui nous attendent.


Des changements écologiques


Comme chaque année, le barème du bonus-malus écologique évolue. En 2019, les changements concernent plus particulièrement le malus automobile dont le seuil de déclenchement diminue, passant de 120 à 117gCO²/km. Un seuil qui devrait encore baisser d’environ 3gCO²/km par an jusqu'en 2021 pour encourager l’achat de véhicules moins polluants et favoriser l’innovation dans la construction automobile.


Par ailleurs, la prime à la conversion est renforcée. Etablie en 2015 pour aider les Français à remplacer leurs véhicules anciens par des véhicules moins polluants, la prime à la conversion a rencontré le succès escompté. Selon le ministre de la Transition Ecologique François de Rugy, on comptabilise près de 300 000 demandes pour bénéficier de cette aide gouvernementale en 2018, soit une dépense de 500 millions d’euros.


A partir du 1er janvier 2019, la prime est doublée pour les ménages modestes, pouvant atteindre 5 000€ de remise pour l’acquisition de véhicules électriques ou hybrides.


Des changements économiques


Autre barème modifié et revu à la hausse pour cette nouvelle année; celui des indemnités kilométriques, permettant aux salariés d’estimer les frais de déplacements professionnels déductibles des impôts sur le revenu. Le Premier ministre Édouard Philippe a promis une revalorisation de 10% pour les véhicules de 3 cheveux fiscaux (CV) ou moins, et de 5% pour les voitures de 4 CV.


Des changements controversés


À la suite des manifestations des Gilets Jaunes, le gouvernement a remis en cause certaines mesures fiscales le mois dernier, notamment pour apaiser les tensions. La hausse de taxes sur les carburants initialement prévue au 1er janvier 2019, a finalement été supprimée et n’apparait plus dans le projet de loi de finances 2019. La question que l’on se pose désormais : comment l’Etat va-t-il compenser le manque à gagner ?


Deuxième bataille remportée par les Gilets Jaunes : la suspension des nouvelles modalités du contrôle technique qui devaient également entrer en vigueur à partir du 1er janvier 2019. Le durcissement du contrôle technique qui concernait l’opacité des fumées et le seuil d’émissions sera rediscuté dans 6 mois. En attendant, près de 9 millions de diesels peuvent souffler.


Tous ces changements, qu’ils soient habituels, prometteurs, conflictuels ou encore inachevés, annoncent encore une année riche en actualités pour les gestionnaires de flotte.

CONTACTEZ-NOUS

REJOIGNEZ NOTRE COMMUNAUTÉ

RESTEZ CONNECTÉS

Elements85-2.png

© bump 2018, tous droits réservés